GNB
Archives provinciales du Nouveau-Brunswick
comment
Heures d’ouverture des APNB pour le congé du temps des fêtes 2017/2018
23 au 26 décembre : fermé
27 au 30 décembre : 9 à 17h
2 janvier: fermé

Repertoire des journaux du Nouveau-Brunswick

« Nous visons à décrire les manières et l’esprit », déclarait la cartouche de titre de la première édition du Fredericton Telegraph (le 6 août 1806) par l’éditeur et diffuseur, Michael Ryan. Que les journaux aient ou non énoncé des raisons d’être aussi grandioses, ils ont, au cours de l’histoire été le miroir tant de la manière d’être que des états d’esprit, et les ont influencés. Le reportage des grands événements du jour, ainsi que de la réaction des masses, des gestes des personnes célèbres et d’envergure, tout autant que de la vie des personnes ordinaires (n’était-ce que leur naissance, leur mariage, leur décès) font des journaux une source essentielle pour comprendre les faits et impressions du présent et du passé.

Les journaux ont toujours joué un rôle important dans la vie du Nouveau Brunswick. Le Royal St. John’s Gazette and Nova Scotia Intelligencer a été publié à Saint John en 1783, même avant la création du Nouveau Brunswick en tant que province distincte. Le premier journal acadien, Le Moniteur Acadien, a été publié à Shediac en 1867 et symbolisait le nationalisme naissant. Les clans politiques, les confessions religieuses, les collectivités, les universités, les écoles et les clubs philanthropiques se sont tous affichés à l’aide de journaux qui donnent tout un éventail de détails et d’opinions.

Les bibliothèques et les archives de la province ont des fonds importants de journaux néo-brunswickois, et on a porté une bonne attention à leur repérage et à leur conservation. En 1961, un répertoire historique des journaux et périodiques du Nouveau Brunswick, le Historical Directory of New Brunswick Newspapers and Periodicals, énumérait ces fonds et donnait des renseignements au sujet de l’histoire de leur édition. Ce guide fouillé préparé par J. Russell Harper demeure un outil essentiel pour les chercheurs, les archivistes et les bibliothécaires, et a assuré un fondement bibliographique aux projets d’édition sur microfilm que Harper considérait essentiel pour la conservation de ces exemplaires en voie de détérioration. Sensibles aux avertissements de Harper, les bibliothécaires et les archivistes sont à l’œuvre depuis 1968 au sein d’un comité spécial du Conseil des directeurs de bibliothèques du Nouveau Brunswick pour colliger, conserver et mettre sur microfilm les ressources essentielles relatives aux journaux de la province.

Le Programme décentralisé pour les journaux canadiens de la Bibliothèque nationale du Canada et le soutien financier qui l’accompagne ont donné un élan pour accélérer la recherche bibliographique qui a mené à cette publication.

Un comité éditorial constitué à partir du comité spécial pour les journaux a fixé les paramètres du projet et assuré son orientation de manière soutenue. Helen Craig, bibliothécaire adjointe au centre de ressources éducatives des bibliothèques de l’Université du Nouveau-Brunswick a été détachée de ses tâches habituelles pour recueillir les données. Avec sa connaissance globale des journaux du Nouveau Brunswick et sa talentueuse persévérance en recherche, elle a repéré des titres inconnus, ainsi que des éditions manquantes. Les données ont été remises au comité éditorial et Muriel Daniel, secrétaire administrative des bibliothèques de l’Université du Nouveau-Brunswick a élaboré un logiciel et encadré la saisie des données.

Une autre subvention de la Bibliothèque nationale du Canada a servi à financer l’élaboration d’un plan directeur qui orientera la gestion des journaux néo-brunswickois à l’avenir. On y fait des recommandations quant aux domaines de responsabilité relevant des diverses bibliothèques et archives lors de la collecte des journaux et de leur sauvegarde sur film; à un point de contrôle central pour la collection de données bibliographiques; à la sauvegarde rétrospective, réparatrice et continue sur microfilm, et quant à l’entreposage des négatifs principaux aux Archives provinciales du Nouveau Brunswick.

Un signe de l’importance accordée aux journaux, une ressource primaire de premier ordre, c’est l’énergie et la coopération qui ont été consacrées tant à l’élaboration du Répertoire qu’au plan directeur. On compte sur les gens du milieu des bibliothèques et des archives, ainsi que sur des chercheurs individuels pour poursuivre cette collaboration. On devrait régulièrement faire part au Projet journaux des nouveaux titres, d’éditions manquantes repérées, de journaux attendant d’être sauvegardés sur microfilms, ainsi que de microfilms qui ont été reconnus inadéquats. On peut joindre le Projet journaux à : Archives provinciales du Nouveau Brunswick, case postale 6000, Fredericton (Nouveau Brunswick) E3B 5H1. Le travail se poursuivra pour découvrir et conserver les journaux du Nouveau Brunswick et les rendre accessibles. On espère que la prochaine édition comprendra aussi les journaux qui, par leur contenu, transcendent les frontières des provinces et des États, par exemple des titres tel Quoddy Tides publié dans le Maine, mais qui dessert les îles Fundy du Nouveau Brunswick et les environs.

Une publication tel le Répertoire s’appuie sur l’apport d’un grand nombre de personnes dont je désire signaler les conseils et l’appui, notamment les directeurs et le personnel de plusieurs services d’archives qui ont présenté des renseignements au sujet des fonds de journaux et corrigé certaines inscriptions, Helen Craig qui a colligé les données, Diana Moore qui a préparé le plan directeur et a collaboré à la préparation du Répertoire à différentes étapes, Fred Farrell qui a aidé au choix et à la reproduction des illustrations, la Bibliothèque nationale du Canada pour ses conseils et son soutien financier, Eileen Travis, bibliothécaire régionale de Saint John, pour ses conseils et ses encouragements, ainsi que mes collègues au comité, Sheila Laidlaw, directrice des bibliothèques à UNB (Fredericton); Ian Wilson, bibliothécaire, Saint John Free Public Library, et surtout Muriel Daniel, secrétaire administrative des bibliothèques de UNB pour son travail méticuleux, adroit et soutenu.

Lors de la publication du Répertoire des journaux du Nouveau-Brunswick, on a élaboré des plans et instauré des procédures pour mettre à jour son contenu. L’acquisition de journaux, les bobines de microfilm produites dans le cadre de projets de sauvegarde de journaux sur film, les corrections et les nouveaux renseignements relatifs à des titres déjà présents dans le Répertoire ont été relevés grâce à l’aide de bibliothécaires et d’archivistes de l’ensemble de la province, et inscrits dans la banque de données des journaux. La quantité d’ajouts et de modifications s’est assez amplifiée pour justifier la publication d’une seconde édition du Répertoire. Pour la réalisation de ce projet, on doit remercier tout particulièrement Muriel Daniel qui a dirigé le processus de mise à jour et vérifié la qualité de l’information reçue, géré la banque de données et réalisé le manuscrit de cette publication. Son dévouement envers cette initiative, ses habiletés et son travail méticuleux ont donné un outil à jour dont la valeur est reconnue par les usagers et les gardiens des journaux.

Le Comité de conservation des journaux qui coordonne le travail pour repérer et conserver les journaux du Nouveau Brunswick et les rendre accessibles maintiendra ses efforts; il examinera également de nouvelles technologies tels l’imagerie et le développement d’un répertoire en ligne pour faciliter ces tâches de manière à assurer que les nombreux renseignements variés publiés comme nouvelles quotidiennes restent disponibles à l’avenir.

Marion Beyea
Archiviste provinciale du Nouveau Brunswick

4.10.0