GNB
Archives provinciales du Nouveau-Brunswick

Documents sur d'anciens soldats révolutionnaires et leurs veuves

Introduction Introduction | Aide Aide | Page de Recherche Page de Recherche

Les Archives provinciales du Nouveau-Brunswick abritent dans son fonds documentaire de nombreux documents historiques précieux d'un très grand intérêt. Figurent parmi ces documents des dossiers portant sur les soldats qui ont combattu à titre de loyalistes lors de la Révolution américaine.

À la défaite des Britanniques à Yorktown en 1781 et aux termes du Traité de Paris de 1783, les Britanniques accordent l'indépendance aux treize colonies, mais conservent le contrôle de la Nouvelle-Écosse, du Québec, de Terre-Neuve et de la région des Grands Lacs. C'est pourquoi, en 1783, un nombre important de soldats britanniques (de l'armée régulière et de la milice) déménagent en Amérique du Nord britannique avec des milliers de sujets fidèles au roi George. En 1784, la Nouvelle-Écosse est sous-divisée et le Nouveau-Brunswick est créé au nord de la baie de Fundy. La raison partielle de créer une nouvelle province était que la Couronne désirait offrir une unité administrative autonome à ces loyalistes qui ne désiraient ou ne pouvaient pas vivre dans la nouvelle république américaine. Dans certains cas, des unités et régiments complets de l'armée régulière sont dispersés ensemble et reçoivent des terres adjacentes dans la nouvelle province.

Dans les années 1830, toutefois, beaucoup de ces soldats ou de leurs veuves sont dans le besoin et la misère, ou dans « l'indigence » pour employer une expression de Charles Dickens. Certains (le soldat ou sa veuve) sont victimes de blessures de guerre, d'autres ont échoué dans leurs entreprises agricoles ou commerciales ou sont affligés de problèmes de santé débilitants et, en raison de leur âge, n'ont souvent pas un revenu suffisant pour subvenir à leurs besoins. Ces soldats et veuves affligés sont si nombreux que leur situation est portée à l'attention de la Chambre d'assemblée qui, en 1839, adopte une loi pour leur venir en aide. La loi est intitulée An Act for the Relief of Old Soldiers of the Revolutionary War and their Widows. page [1], [2], [3]. Elle prévoyait que les soldats dans le besoin ou leur veuve pouvaient faire une demande afin de toucher une pension de dix livres par année et soulignaient les conditions à satisfaire pour toucher cette somme. La Loi comme telle est un exemple intéressant de premier texte législatif sur la responsabilité sociale.

TYPE DE DOCUMENTS ET CONTENU:
Le processus de pension comprenait deux principaux types de dossiers : les demandes (petitions) et les tableaux de paiement (schedules of payments).  Les demandes contiennent une foule de détails sur l'histoire et la vie des anciens soldats ou leurs veuves parce que ces derniers devaient indiquer, dans leur demande, depuis combien de temps ils étaient au Nouveau-Brunswick, leur condition économique, leur service militaire et, dans le cas des veuves, la date et le lieu du mariage au soldat. Dans certains cas, les demandes en vue du paiement étaient soumises par des membres de la famille ou d'autres personnes qui prodiguaient des soins au soldat ou à la veuve.

Les tableaux de paiement représentent l'utre principal type de documents. Ces tableaux étaient préparés par des fonctionnaires qui devaient rendre compte des fonds versés. On trouve moins de détails sur les soldats et leurs veuves dans ces tableaux, mais les noms sont indiqués et, dans bien des cas, ils contiennent de précieux renseignements sur le demandeur. Les tableaux de paiement renseignent sur la marche à suivre pour faire une demande et sur le fonctionnement du système de paiement.

SOURCES DES DOCUMENTS EXISTANTS :
Les demandes présentées par les soldats et leurs veuves de même que les tableaux des paiements versés étaient conservés de façon centralisée par le Secrétaire provincial du Nouveau-Brunswick. Les documents existants se trouvent dans la série de documents des Archives intitulée SD566 Secrétaire provincial : documents d'administration des pensions des anciens soldats et veuves. Cette série de documents au complet a été numérisée dans le cadre du présent projet.

Les demandes étaient faites auprès de représentants locaux de la cour de sessions générales (appelée plus tard et communément conseil de comté) qui les approuvaient et versaient les sommes. Le gouvernement provincial remboursait ensuite les comtés pour les paiements effectués. Des documents subsistent donc également dans beaucoup des archives de comté. Des documents ont été repérés (et numérisés) dans les séries suivantes de documents de comté des Archives (aucun document n'a été repéré dans les autres comtés) :

Lorsque des dossiers ont été repérés dans les documents du conseil de comté, ceux qui sont pertinents ont été incorporés au présent projet. Il est bien évident que les conseils de comté n'administraient pas que les pensions d'anciens soldats. Ainsi, les personnes désirant consulter d'autres documents de comté doivent se rendre aux Archives provinciales.

D'autres documents pertinents ont été découverts dans la série de documents des Archives intituléeSD9 Dossiers des réunions du Conseil exécutif. Il s'agit des documents de ce que nous appelons communément le « Cabinet ». Cette terminologie a été adoptée vers la fin du XIXe siècle même si le Conseil exécutif fut établi en 1832. Les dossiers des réunions individuelles débutent en 1843 et les Archives ont établi le calendrier de ces documents. Parmi le type de documents trouvés dans SD9, notons des demandes au lieutenant gouverneur en conseil, des rapports de vérification sur les sommes versées faisant parfois état de soldats et veuves en particulier, des listes de soldats et veuves, des documents de comptabilité et quelques correspondances.

Enfin, d'autres documents utiles ont été découverts dans la série SD24 Documents sessionnels de l'Assemblée législative. L'Assemblée législative, que l'on appelait aussi Chambre d'assemblée, recevait et étudiait les demandes d'aide et les rapports de dépenses. Les documents subsistants peuvent être consultés au moyen des instruments de recherche pour SD24.

Pour ce projet, nous avons identifié tous les documents portant sur les anciens soldats révolutionnaires, mais certains documents réfèrent à la personne en employant simplement les mots « ancien soldat ». Il en résulte une certaine ambiguïté car il pourrait s'agir d'un vétéran de la guerre de 1812-1814. Nous avons pris la décision d'nclure aussi ces dossiers voulant fournir le plus d'information possible.

Tous les documents portant sur les anciens soldats révolutionnaires ont été identifiés, balayés et indexés pour ce projet.

CHERCHEURS AYANT UN INTÉRÊT PARTICULIER :
Ces documents présentent un intérêt particulier pour plusieurs types de chercheurs, notamment :

  • Descendants de ces soldats et veuves et personnes ayant un lien de parenté avec eux
  • Généalogistes à la recherche de renseignements sur des familles
  • Historiens de la révolution américaine et des loyalistes britanniques
  • Historiens de l'armée britannique
  • Chercheurs s'intéressant aux conditions sociales du XIXe siècle, en particulier les conditions et le soin des personnes âgées
  • Chercheurs intéressés par le rôle des femmes au XIXe siècle
  • Chercheurs intéressés par les débuts du soutien public aux personnes dans le besoin et l'ascension des programmes sociaux
  • Chercheurs intéressés par les rouages de la bureaucratie dans une démocratie en devenir à cette époque
  • Historiens du Nouveau-Brunswick et des Maritimes
  • Éducateurs à tous les niveaux.

INDEXAGE
Tous les noms des soldats et veuves trouvés dans les documents décrits ci-dessus ont été ajoutés à l'index des images. L'index indique le nom du soldat ou de la veuve. Il nous a paru utile de fournir la référence chaque fois que les noms paraissent parce que cela fournit au moins la preuve que la personne était encore vivante cette année-là. Les chercheurs constateront qu'il existe entre un et vingt liens de référence pour chaque soldat individuel ou veuve individuelle.

RÉFÉRENCE
La référence d'archives nécessaire pour repérer les documents originaux se trouve avec l'hyperlien ajouté aux différents noms dans l'index.

 Pour le présent projet de numérisation, les Archives provinciales du Nouveau-Brunswick bénéficient de fonds de contrepartie du ministère du Patrimoine canadien. Les fonds ont été accordés dans le cadre du programme coopératif d'aide à frais partagés du Conseil canadien des archives connu comme le Réseau canadien d'information archivistique.


4.10.0