GNB
Archives provinciales du Nouveau-Brunswick

Défrichement, agriculture et politique: la colonisation dirigée au Nouveau Brunswick

home Accueil |  home Introduction | Stanley | Johnville | Kincardine | New Denmark | Allardville

pdf Bibliographie

Aller à 
Précédente Prochaine
Plan de colonisation Premiers colons

St. John Emigrants' Aid Society
Pour promouvoir son plan, Mgr Sweeny constitue le 30 janvier 1860 la St. John Emigrants' Aid Society, dont le principal objectif est d'aider les familles de la classe ouvrière à obtenir des concessions de terre. En tant que président de la société, Sweeny a des relations suivies avec les dirigeants du gouvernement pour s'assurer que le projet va de l'avant. Au début de l'année 1860, plusieurs assemblées publiques sont tenues à Saint John pour expliquer le plan et encourager les travailleurs à y participer. Le plan suscite un grand intérêt : plus de 300 personnes assistent en février à une assemblée où Sa Grandeur l'archevêque d'Halifax affirme son appui en faveur du plan. Des comptes rendus de ces assemblées sont publiés dans le Morning Freeman, le journal catholique de Saint John.
Mgr Sweeny agit rapidement en demandant aux dirigeants du gouvernement de réserver des milliers d'acres de terres du Nouveau-Brunswick en vue de la colonisation. Une concession de 10 000 acres est accordée dans le comté de Queens, mais la demande de terres est si grande que d'autres étendues de terrain doivent être trouvées ailleurs. En mai 1860, Mgr Sweeny écrit au gouvernement pour dire que plus de 100 personnes ont demandé des terres dans le comté de Carleton si la société peut y obtenir une concession.
La réponse est rapide et encourageante. Le gouvernement accepte d'arpenter immédiatement 10 000 acres dans les comtés de Carleton et de Victoria. Au cours des années suivantes, des terres additionnelles, adjacentes au premier terrain de Johnville, sont arpentées en vue de la colonisation. Au total, la St. John Emigrants' Aid Society recevra pas moins de 36 000 acres de terres dans le comté de Carleton pour l'établissement de la colonie de Johnville. L'évêque réussit également à obtenir de grandes étendues de terrain le long de la rivière Bouctouche, dans le comté de Kent, pour les colons acadiens et d'autres concessions ailleurs dans la province en vue de la colonisation.
Mgr Sweeny prend d'autres mesures pour promouvoir le plan de Johnville. Il écrit, pour promouvoir l'immigration et la colonisation, des lettres publiées dans des journaux irlandais, américains et néo-brunswickois. L'abbé Thomas Connolly, curé de Woodstock, localité située à 35 milles au sud de Johnville, est chargé de surveiller la colonie et de répondre aux besoins spirituels des colons. Il y célèbre la première messe en juin 1862. Connolly assume également la responsabilité d'attribuer les lots, de montrer aux pionniers comment manier la hache et défricher leurs terres et de superviser la construction de ponts temporaires. On lui attribuera aussi le fait d'avoir nommé la colonie en l'honneur de l'évêque. Le succès de la colonie planifiée de Johnville est largement attribuable aux efforts persistants de Connolly.


4.10.8