GNB
Archives provinciales du Nouveau-Brunswick

Les soldats de la Grande Guerre : Projet de biographies historiques sur les soldats de Fredericton

La manière dont les sociétés comprennent les histoires communes est un phénomène complexe. Bien que certains récits historiques tombent peu à peu dans l’oubli, les documents d'archives illustrent souvent l’importance du rôle de dirigeants communautaires, de citoyens, d'organisations, d'ecclésiastiques, d'étudiants, de familles et de politiciens dans la capacité d'une collectivité à comprendre des événements historiques traumatisants. Il s'agit exactement de la même chose en ce qui concerne la façon dont les villes et villages du Nouveau-Brunswick ont ​​essayé de comprendre les conséquences dévastatrices de la Première Guerre mondiale pour des familles, l'économie et les modes de vie des habitants de la province.

Les Néo-Brunswickois ont en effet commencé à ressentir, dès les premiers temps de la Première Guerre mondiale, les conséquences liées à la perte d'êtres chers. Plus tard, alors que les anciens combattants rentraient au pays, le désir de les honorer ainsi que de commémorer la Grande Guerre était répandu. À Fredericton, capitale de la province, des étudiants et des anciens de l'Université du Nouveau-Brunswick avaient déjà commencé, dès l'automne 1916, à collecter des fonds pour ériger un « monument commémoratif convenable aux héros de l'université ». Un an plus tôt, en février 1915, à l'église St. Mark’s d'Halifax, en Nouvelle-Écosse, un ancien élève de l'école Fredericton High School et élève-officier de la Royal Navy, Victor Hatheway, avait été honoré lors d'une cérémonie à la mémoire des personnes mortes au combat à bord du HMS Good Hope; il s'agissait alors des premières victimes officielles de la Grande Guerre au Canada. En juin 1917, on prévoyait déjà d'ériger à la jonction des rues King, Queen et Church un monument commémoratif aux soldats morts au combat. Ce projet s’est officialisé en juillet 1918 lors de réunions organisées par l'association locale des anciens combattants de la Grande Guerre. Tout au long de cette période, les églises ainsi que les écoles publiques organisaient leurs propres cérémonies commémoratives.

Peu de temps après la signature de l'armistice, le 11 novembre 1918, un comité a été créé pour le monument aux morts de Fredericton, et le très révérend John H. Richardson, évêque de Fredericton, a fait don d'un terrain au nom de la cathédrale Christ Church. Les citoyens se sont rassemblés pour la première fois autour du cénotaphe à la mémoire des morts de la Grande Guerre, consacré le 11 novembre 1923, afin de rendre hommage aux « concitoyens qui ont fait le sacrifice suprême ». Au cours des années suivantes, des plaques en bronze ont été ajoutées afin d'honorer ceux qui sont tombés lors de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée. En 2007, le Nouveau-Brunswick est devenu la première province au pays à posséder un cénotaphe provincial en attribuant au monument aux morts de Fredericton la désignation de monument provincial. Bien que notre désir collectif de nous rassembler par respect pour ceux qui ont risqué leur vie n'ait pas diminué, à mesure que le temps passe et que la société évolue, les noms gravés dans la pierre risquent peu à peu de disparaître de notre mémoire collective.

Projet de biographies historiques sur les soldats de Fredericton

Le Projet de biographies historiques sur les soldats de Fredericton permet de réunir des élèves de l'école George Street Middle School, des éducateurs, des historiens, des archivistes et des citoyens dans le but de faire davantage connaître les soldats dont les noms se trouvent sur le monument aux morts de Fredericton ainsi que leurs familles. Ce projet vise également à souligner les réalités historiques complexes des divers groupes de la société du Nouveau-Brunswick au cours de la Grande Guerre, dont les femmes, les Premières Nations, les Afro-Canadiens et les immigrants.

Afin d'aider à mieux faire connaître la période de la Grande Guerre au Nouveau-Brunswick, les élèves ont commencé à faire des recherches sur les 106 soldats dont les noms sont inscrits sur le monument aux morts provincial ainsi qu'à rédiger leur biographie. Le but est de créer une base de données sur ces personnes ainsi que d'offrir aux chercheurs la possibilité d'accéder aux documents d'archives correspondants.

Les biographies qui sont présentées dans ce site Web ont été rédigées d'un point de vue historique en faisant attention aux considérations de nature éthique que les historiens gardent à l'esprit lorsqu'ils se servent de documents authentiques pour leurs récits. Bien qu'un récit historique donne souvent lieu à un travail d'interprétation, le plus grand soin a été accordé à la fidélité historique. Nous espérons que ces histoires aideront à mieux faire connaître ces soldats ainsi qu'à mieux comprendre les conséquences de leur mort sur les différentes communautés.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick est heureux de soutenir ce projet pédagogique. Nous tenons à remercier particulièrement les Archives provinciales du Nouveau-Brunswick ainsi que Brent Wilson, de l'Université du Nouveau-Brunswick, pour l'aide qu'ils apportent aux élèves. Les personnes participant au projet apportent également leur soutien à d'autres projets communautaires et nationaux semblables.


4.9.2