GNB
Archives provinciales du Nouveau-Brunswick

Défrichement, agriculture et politique: la colonisation dirigée au Nouveau Brunswick

home Accueil |  home Introduction | Stanley | Johnville | Kincardine | New Denmark | Allardville

pdf Bibliographie

Aller à 
Précédente Prochaine
Saint John à l'époque coloniale St. John Emigrants' Aid Society

Plan de colonisation
Mgr Sweeny sait que les citadins pauvres ne tirent pas profit des lois coloniales conçues pour encourager la colonisation sur les terres de la Couronne. Il les encourage à le faire en faisant valoir qu'ils pourraient devenir propriétaires de terres agricoles grâce à leur travail. En 1849, la Chambre d'Assemblée du Nouveau-Brunswick a adopté la loi dite Labour Act, qui prévoit que les colons authentiques âgés de 18 ans ou plus peuvent obtenir 100 acres de terres de la Couronne en acceptant de les acheter pour au moins 60 ¢ ou 3 shillings l'acre ou en faisant des travaux de voirie près de leurs terres. Avant d'obtenir une concession, les colons doivent également satisfaire à l'obligation de résidence, défricher et cultiver au moins cinq acres dans les cinq années qui suivent l'approbation de leur demande de terre et construire une maison d'au moins 16 x 16 pieds.
La Labour Act est accompagnée d'une autre loi couramment appelée Commutation Act. Adoptée la même année, cette loi prévoit que ceux qui ont acheté une terre de la Couronne, l'ont améliorée et y habitent mais n'en ont pas encore payé entièrement le prix d'achat peuvent éteindre leur dette en travaillant sur les chemins publics près de leurs lots. Grâce à des conditions si généreuses, il est possible aux gens à faible revenu de devenir propriétaires fonciers. Mgr Sweeny soutient que la Labour Act et la Commutation Act donnent aux citadins pauvres de la classe ouvrière le moyen d'échapper à la pauvreté et au désespoir.


4.10.8